Accueil   DÉCOUVRIR / PATRIMOINE   Sites classés au patrimoine national   Chartreuse de Villeneuve lez Avignon

Chartreuse de Villeneuve lez Avignon

Histoire du monument
Peu après sa nomination comme cardinal en 1342, Etienne Aubert acquiert par échange une aire à battre appartenant à l’abbaye de Saint André, pour y construire son palais. Elu pape en 1352, Etienne Aubert, devenu Innocent VI, acquiert plusieurs terres adjacentes, à l’est de son palais. Il y construit la chapelle Saint Jean Baptiste et une grande salle de consistoire, plus tard transformée en Tinel (réfectoire des moines). Entre le palais et la chapelle du consistoire sont construits les appartements du pape.
 

La première Chartreuse
Dès son élection au pontificat en 1352, Innocent VI décide d’installer auprès de son palais une Chartreuse. La bulle de fondation de la Chartreuse, en 1356, porte création d’une communauté qui comprend, outre les douze religieux, un prieur, quatorze frères convers, deux infirmiers, deux clercs et neuf domestiques, et la dote de biens suffisants pour leur entretien. Il faudra quelques années pour construire cet ensemble enserré par de hauts murs d'enceinte. Tous ces travaux seront financés sur la cassette personnelle du pape. En 1360, Innocent VI, prévoyant sa mort prochaine, fait édifier une chapelle au sud de l’église, destinée à abriter son tombeau.
Le 12 septembre 1362, Innocent VI meurt. L'architecte Bertrand Nogayrol, les sculpteurs Thomas de Tournon et Barthélémy Cavalier ont réalisé son tombeau installé dans la chapelle de la Sainte-Trinité.
En 1365, le palais d’Aubert-Innocent VI brûle, dans des circonstances mal connues.
 

La seconde Chartreuse
Les neveux d’Innocent VI, tous cardinaux, vont continuer son œuvre.
Le nombre des pères est doublé. Ils seront désormais 24. Il faut donc construire de nouvelles cellules : on les regroupera autour d'un nouveau cloître, c'est le cloître Saint Jean, ou cloître supérieur qui est édifié autour de 1372. L'église est, elle aussi, trop petite. On crée une nouvelle travée flanquée des chapelles Saint Bruno et Saint Michel.

Au début du XVIIème siècle, le patrimoine de la Chartreuse est considérable. Le rayonnement de la Chartreuse est remarquable. Elle reçoit des novices, forme d'illustres hommes d'église aussi bien que des savants, et elle porte secours aux pauvres en temps de disette, de peste ou d'inondation.

A l'aube du XVIIIe siècle, à l'exception de la chapelle des morts que l'on va bientôt construire dans le cloître du cimetière, il ne reste plus qu'à parachever des locaux dont la fonction est plus économique que religieuse : on bâtit des granges, l'hôtellerie, un magasin à bois, l'hôpital et la cuisine des domestiques, on recouvre d'un dôme la fontaine Saint Jean.

Au dehors, la tourmente révolutionnaire éclate. Trois dates suffisent pour dire l'effondrement d'un monde qui avait duré quatre siècles :
- 14 février 1790 : suppression des ordres religieux.
- fin 1792 : départ des chartreux
- 27 mai 1793 : mise en vente du couvent.

Les terrains et bâtiments qui appartenaient à la Chartreuse sont déclarés biens nationaux, divisés en 17 lots et vendus par adjudication à Beaucaire le 1er Thermidor de l'an II (19 juillet 1794).

Lors de la visite de la Chartreuse vous pourrez découvrir :

  • Le cloître Saint-Jean n'est autre que l'ancienne cour du palais du cardinal Aubert qui deviendra, lors de son accession au siège pontifical, Innocent VI. Au centre de la cour se dresse l'édicule d'ordre ionique datant de la fin du XVIIIème siècle.
  • L'Église conventuelle
    L'église Saint-Jean-Baptiste puis Sainte-Marie fut édifiée par le pape Innocent VI pour les offices de chœur de la communauté. Son état actuel est assez éloigné de celui de 1356-1362. L'espace y était beaucoup plus réduit (trois travées) et suffisait aux douze pères et au chœur des frères.
  • Le petit cloître appartient à la première période de fondation de la Chartreuse sous le pape Innocent VI. Ce cloître était le plus luxueux de l'ensemble monastique.
  • La bugade (buanderie) a été restructurée au XVIIe siècle. La qualité de la voûte en témoigne. On aperçoit le point d'eau nécessaire pour le blanchiment du linge. On étendait le linge près de la cheminée (ainsi d'ailleurs qu'au grand air dans les prés ou dans le cloître).
  • La prison : Les prisons sont traditionnelles dans les chartreuses du Moyen Âge. Elles perdurent jusqu'à la révolution de 1789 malgré les limitations des édits royaux. La Chartreuse de Villeneuve propose à la visite une cellule-témoin reconstituée selon les sources documentaires disponibles.
  • La rasure se nomme ainsi parce qu'on y rasait les moines, on y entretenait la tonsure (symbole de la couronne du Christ sur la tête des moines).

Horaires de visite
D’octobre à mars : du lundi au vendredi de 9h30 à 17h ; le samedi et le dimanche de 10h à 17h
D’avril à juin : tous les jours de 9h30 à 18h30
De juillet à septembre : tous les jours de 9h à 18h30
En août : tous les jours de 9h à 19h
Dernier billet vendu : 30 mn avant fermeture
Jours de fermeture du monument : 1er janvier ; 1er mai ; 1er et 11 novembre ; 25 décembre.


Adresse :
La Chartreuse
58 rue de la République - 30404 Villeneuve lez Avignon Cedex
Tél : 04 90 15 24 24 - Fax : 04 90 25 76 21
Email : accueil@chartreuse.org
Site web : www.chartreuse.org


Accès :
- A 7, sortie Avignon nord, D 942, D900, pont Daladier sur le Rhône
- A 9, sortie Remoulins, N 100, D900

A partir d’Avignon TGV
- Navette TGV/Avignon Poste
- Bus N°5 Avignon Poste/Villeneuve lez Avignon (arrêt Office de Tourisme)


Coordonnées GPS : lat. 43.9657523 - long. 4.7963014

Réservez en ligne

réalisation : Alliance-Réseaux