Accueil   DÉCOUVRIR / PATRIMOINE   Villages à découvrir   Les Mages

Les Mages

La légende dit que les Rois Mages sont venus…Oui ! Les Rois Mages sont passés dans les Cévennes et se sont arrêtés dans notre village.
Ils ont été chaleureusement accueillis par les habitants et ont offert avant de partir 3 cadeaux : le secret des oliviers, le secret des cailloux noirs et le secret des vers du mûrier. A partir des oliviers qui sont partout sur les faïsses des collines du village on peut obtenir, en pressant les olives, de l’huile d’olive ! Les pierres noires dans le sous-sol des Cévennes : c’est un trésor ! Le charbon ! Ces vers sur les mûriers si nombreux ici peuvent donner un fil de soie grâce à leurs cocons ! Et le village s’appellera Les Mages en hommage à ses bienfaiteurs.


Sous le règne de Louis XV, le seigneur Domergue, seigneur de Saint Florent, habitait au hameau du Coussac. C’était le Viguier de notre région : représentant du roi de France et du gouverneur de la province du Languedoc. Il possédait des terres et maisons et en particulier une vieille gentilhommière dominant le Vallat de Couze avec « de vastes pièces bâties sur l’anciennes prisons ». Quand il vendit ce bien vers 1870, il se réserva une chambre et une prison. Vers 1875 le seigneur Domergue, qui parcourait souvent le chemin le conduisant de Saint Florent à son habitation du Coussac en passant par Couze et le Moinas, mourut dans les bras de son compagnon de route. Avant de rendre le dernier soupir, il tenta de dire où était caché son argent. On déduisit de ses explications, inachevées hélas, que c’était à Couze que le trésor aurait été caché.

Commune depuis 1934 par ordonnance royale, Les Mages était la partie agricole de Saint Jean de Valériscle. Quand ce hameau (1406 hectares) de Saint Jean de Valériscle prend son indépendance, on compte 16 filatures pour 1105 habitants (en 1840). Les habitants construisent une église en 1844 mais ce n’est qu’en 1864 que la paroisse des Mages est créée.


Les travaux de la ligne de chemin de fer Saint Julien de Cassagnas/Le Martinet débutent dès 1875.
La ligne est inaugurée le 1er octobre 1880. Le village se développe : groupe scolaire, bureau de poste, nombreux cafés, commerces et en 1945, au recensement agricole, on dénombre 18162 oliviers pour 187 propriétaires oléicoles, 60 hectares de vignes, 85 hectares de blé et 327 hectares de mûriers qui donnaient 4000 quintaux de feuilles, 45 chevaux et 25 mules.


De nombreux Mageois furent embauchés dans les mines de Molières ou de la vallée de l’Auzonnet. Entre oliviers et châtaigniers, le village actuel s’étale au soleil au carrefour de la vallée de l’Auzonnet et de la route départementale d’Alès à St Ambroix et Aubenas. Un carrefour stratégique au nord, Le Tanargue et l’Ardéche, au sud, Alès vers les plages, à l’est, Portes et le Mont Lozère et à l’ouest, Les Fumades et la vallée du Rhône.


Un village agréable où il fait bon vivre avec un peu plus de 1800 habitants. De nombreux services et commerces sont présents, des équipements culturels et sportifs sont à la disposition des habitants. De nombreuses associations dynamiques y apportent une vitalité importante.


Commerces et Services : Tennis. La Poste, boulangerie-pâtisserie, boucherie, épiceries, primeur, café-restaurant, pizzéria, boutique cadeaux, salons de coiffure, fleuriste, pépiniériste. Médecins, kiné, podologue, sage-femme, orthophoniste.


Activités et Animations : Club de foot, tennis, taekwondo, gymnastique, danse moderne, club philatélie, club du 3ème âge, bibliothèque.
Marché tous les mercredis, marché bio en mai, journée des péquélous en juin, fête votive fin juillet, conférences, films, spectacle vivant, festival de l’image de voyage en décembre.


Curiosités : vieux quartiers, anciens lavoirs, fours à chaux, moulin à huile, musée de la femme et de l’enfant (sculptures), chemin des endettés, "tourette".

Réservez en ligne

réalisation : Alliance-Réseaux